Mariage

Qu’est-ce que le mariage ?

« C’est une vraie vocation, comme le sont le sacerdoce et la vie religieuse. Deux chrétiens qui se marient ont reconnu dans leur histoire d’amour l’appel du Seigneur, la vocation à faire de deux, homme et femme, une seule chair, une seule vie. Et le Sacrement du mariage enveloppe cet amour avec la grâce de Dieu, il l’enracine en Dieu même. Avec ce don, avec la certitude de cet appel, on peut partir en sécurité, on n’a peur de rien, on peut tout affronter, ensemble. »
(Pape François répondant à des questions posées par jeunes sur le mariage)

Le CPM dans le diocèse de Liège

Les Centres de préparation au mariage (CPM) sont un service d’Eglise en vue d’accompagner les futurs mariés vers la célébration religieuse de leur mariage et la constitution d’un couple et d’une famille selon l’Esprit de l’Evangile de Jésus-Christ

Dans le diocèse de Liège, le CPM fait partie du Service diocésain des Couples et des Familles (SDCF) lui-même attaché au Vicariat Evangile et Vie.

Le CPM offre aux couples qui demandent le mariage à l’Eglise, un lieu de rencontre où ils pourront prendre conscience du contenu humain et chrétien de leur engagement conjugal. Il accompagne les couples dans leur réflexion sur ce nouvel engagement et leur renseigne des mouvements ou des lieux existants qui pourront les aider dans leur cheminement de couple. Selon le doyenné, le CPM se vit en une ou deux soirées ou demi-journées et permet d’échanger avec d’autres couples , un couple « animateurs » et parfois un aumônier. C’est un temps pour se parler, s’écouter, se découvrir, s’interroger et accueillir l’autre dans ce qu’il a d’essentiel et de différent.

Les responsables actuels pour le diocèse de Liège sont :

Geneviève et Henri Wittorski – 04 336 48 54
Abbé Aimable U. Rukundo – 0488  81 87 24

Calendrier CPM 2017

 



24 mai 2017 – Lettre pastorale
des évêques de Belgique

Adressée aux prêtres, diacres, animateurs et animatrices en pastorale, cette lettre revient sur l’exhortation apostolique “Amoris Laetitia” et nous invite à “percevoir ce que le texte signifie concrètement ici et maintenant”.

Les évêques proposent quelques points d’attention pour un développement de la pastorale du couple et de la famille en matière de préparation au mariage, d’accompagnement des familles et de l’attitude à l’égard des personnes dont la relation est brisée.

Les évêques se prononcent clairement pour une “préparation solide et intense”, “un catéchuménat du mariage qui soit un chemin d’approfondissement de la foi pour ceux qui veulent se préparer au mariage chrétien”. Réalistes, ils notent toutefois qu’il ne faut ni “placer le seuil plus haut que nécessaire”, ni avoir “une approche trop minimaliste”. Ils expriment le souhait que cette préparation au mariage comporte “au moins trois moments de formation autour de trois thèmes importants :

1/que signifie être chrétien aujourd’hui?

2/Que signifie un mariage et un foyer chrétien?

3/la préparation de la liturgie du mariage.”

Chaque diocèse est appelé à préciser cela et à ne pas s’en tenir à ce minimum là où c’est possible.

Le lettre pastorale souligne ensuite “la nécessité de rassembler les familles et de les mettre en contact entre elles pour qu’elles soient un appui mutuel.” Les évêques encouragent toutes les initiatives dans lesquelles les couples et les familles peuvent jouer un rôle actif. Ils invitent notamment à se référer au chapitre 9 de l’exhortation Amoris Laetitia pour y découvrir des pistes concrètes.

La fin de la lettre pastorale fait part de l’attitude à adopter dans l’accompagnement “des personnes dont la relation s’est brisée” et s’étend sur “le désir de personnes divorcées remariées de pouvoir recevoir la communion dans l’eucharistie”. Rappelant que “l’indissolubilité du mariage appartient au trésor fondamental et irrévocable de la foi de l’Eglise”, et que “les divorcés remariés continuent à faire partie de l’Eglise”, les évêques expliquent que “toute notre pastorale doit être orientée vers l’accompagnement, le discernement et l’intégration”. Les divorcés remariés “doivent pouvoir compter sur une aide et un accompagnement pastoral”, cette démarche conduisant les uns et les autres à juger en conscience.

La lettre se termine alors sur une “profession de foi” pleine d’espérance et de confiance : “L’Evangile est source de joie. Faire connaître cet Evangile, le partager avec les autres et s’entraider à vivre dans son esprit, cela ne peut que rendre la joie plus grande.”

Découvrez le texte intégral de la Lettre pastorale : 2017-05-09-Amoris-laetitia-Lettre-pastorale

Lien vers le texte en allemand :2017 05 10 Amoris laetitia Pastoralbrief